Project Description

  • @Matilde Gattoni
  • Photographe : Matilde GATTONI
  • Exposition : Ocean Rage
  • Site : Jardins du Tripot
  • Ocean Rage / Photographies de Matilde Gattoni - Textes de Matteo Fagotto

  • Tourné le long des côtes du Ghana, du Togo et du Bénin, "Ocean Rage" documente les effets naturels et sociaux dévastateurs que le changement climatique a sur les communautés côtières de l’Ouest Africa.As conséquence directe du réchauffement climatique et de l’élévation du niveau de la mer, à plus de 7 000 km de le littoral de la Mauritanie au Cameroun s’érode à un rythme allant jusqu’à 36 mètres par an, perturbant la vie de dizaines de millions de personnes dans treize pays. Alors que les gouvernements locaux se démènent pour sauver les grandes villes et les complexes industriels, des milliers de villages sont laissés de côté dans le froid, poussant un mode de vie vieux de milliers d’années au bord de l’extinction. Autrefois le foyer de colonies de pêche florissantes, la côte du Ghana et du Togo est aujourd’hui une séquence de bâtiments en ruine et de villes fantômes qui ont été avalés par l’océan en un peu plus de 20 ans. Alors que le changement climatique efface les maisons, les églises et les plantations, il détruit également les moyens de subsistance, le patrimoine culturel et le tissu social de communautés entières, avec des conséquences dangereuses pour l’avenir de l’ensemble du continent.
  • La hausse des températures a incité les stocks de poissons à se déplacer vers des eaux plus fraîches loin des côtes, privant l’industrie locale de la pêche, tandis que l’érosion et la salinisation ont affecté l’agriculture en réduisant la quantité de terres arables et en contaminant l’eau douce Réserves. Privées de leurs moyens de survie et sans espoir pour l’avenir, les communautés perdent leurs personnes les plus débrouillardes vers la migration. Alors que le chômage effréné entraîne la consommation de drogues et d’alcool, les seules activités rentables sont offertes par des syndicats criminels impliqués dans la contrebande de carburant et l’extraction illégale de sable.

    Loin d’être un problème isolé, les problèmes qui hantent aujourd’hui l’Afrique de l’Ouest sont le signe avant-coureur de ce que l’humanité connaîtra si nous ne par voulons pas trouver un équilibre viable entre le progrès, l’inégalité sociale et la conservation de l’environnement. Dans un monde où le progrès est synonyme d’urbanisation et de consumérisme, la vie des communautés traditionnelles est constamment sacrifiée sur l’autel de la modernité, même si la pression croissante sur les ressources naturelles devrait inciter à une refonte de notre Priorités. Cette énigme devient la question la plus pressante de notre époque.
  • Bio
 
  • Matilde Gattoni (né en 1974) est une photographe italienne de Français primée basée à Barcelone et couvrant les questions sociales, environnementales et des droits de l’homme dans le monde entier. Depuis le début de sa carrière en 2000, elle a beaucoup travaillé au Moyen-Orient, en Asie du Sud et centrale et en Afrique, couvrant des sujets tels que les sécheresses, les urgences de réfugiés, l’exploitation minière illégale, les migrations de masse, l’accaparement des terres à grande échelle et le changement climatique pour plus de une centaine de journaux et magazines dans le monde entier. En 2014, Matilde a fondé l’agence Tandem Reportages avec le journaliste Matteo Fagotto, dans le but de produire des histoires indépendantes et approfondies sur des questions contemporaines pertinentes telles que l’exploitation massive des ressources naturelles et la relation entre les l’humanité et l’environnement. Les histoires de Matilde sont publiées régulièrement sur Time, The Atlantic, Der Spiegel, The Observer, Die Zeit, NEON, Geo, The Guardian, Vanity Fair, Marie Claire, Wired et GQ, entre autres. Elle a reçu de nombreux prix internationaux et son travail a été exposé au Parlement européen à Bruxelles, au Backlight Festival de Tampere, à l’Espace Annenberg pour la photographie à Los Angeles, à La Feltrinelli à Milan et à Rome, à la Galerie Photographica à San Francisco, Fondazione Pirelli à Milan, 305 Sauraran à Toronto, Al Serkal à Dubaï, Berlin Biennal of Fine Art Photography, Palazzo Madama à Turin, Noorderlicht Gallery aux Pays-Bas, Photoville 2015 à New York, LOOK3 Festival 2016, Centre Culturel Français à Milan.
  • Matteo Fagotto (né en 1978, Italie) est un journaliste primé spécialisé sur les questions sociales, humanitaires et environnementales. Ses articles et reportages ont été publiés dans plus d’une centaine de publications à travers le monde, dont TIME, Newsweek, Foreign Policy, The Atlantic, The Guardian et The Independent. Parmi ses œuvres les plus célèbres figurent des reportages sur des questions liées à la guerre en Libye et en Somalie, l’exploitation minière illégale en Indonésie et au Nigeria, l’accaparement des terres au Cambodge, le changement climatique en Afrique de l’Ouest et l’esclavage moderne au Népal. Il est le cofondateur de Tandem Reportages, une agence journalistique et photographique spécialisée dans les questions mondiales sous-déclarées à travers des reportages texte, photo et vidéo de haute qualité qui sont régulièrement publiés par les grands médias des cinq continents.
  • Bio
  • Matilde Gattoni (b. 1974) is an award-winning French-Italian photographer based in Barcelona and covering social, environmental and human rights issues around the world.
  • Since the start of her career in 2000, she has worked extensively in the Middle East, South and Central Asia and Africa, covering topics such as droughts, refugees emergencies, illegal mining, mass migrations, large scale land grabbing and climate change for more than one hundred newspapers and magazines worldwide.
  • In 2014, Matilde founded the agency Tandem Reportages along with journalist Matteo Fagotto, with the aim to produce independent, in-depth stories on relevant contemporary issues such as the mass exploitation of natural resources and the relationship between mankind and the environment.
  • Matilde's stories are published regularly on Time, The Atlantic, Der Spiegel, The Observer, Die Zeit, NEON, Geo, The Guardian, Vanity Fair, Marie Claire, Wired and GQ, among others.
  • She has received numerous international awards and her work has been exhibited at The European Parliament in Brussels, The Backlight Festival in Tampere, The Annenberg Space for Photography in Los Angeles, La Feltrinelli in Milan and Rome, Gallery Photographica in San Francisco, Fondazione Pirelli in Milan, 305 Sauraran in Toronto, Al Serkal in Dubai, Berlin Biennal of Fine Art Photography, Palazzo Madama in Turin, Noorderlicht Gallery in The Netherlands, Photoville 2015 in New York, LOOK3 Festival 2016, Centre Culturel Français in Milan.
  •  
  • BIO
  • Matteo Fagotto (b. 1978, Italy) is an award winning journalist focusing on social, humanitarian and environmental issues.
  • His articles and reportages have appeared in more than one hundred publications worldwide, including TIME, Newsweek, Foreign Policy, The Atlantic, The Guardian and The Independent.
  • Among his most famous works are reports on war-related issues in Libya and Somalia, illegal mining in Indonesia and Nigeria, land grabbing in Cambodia, climate change in West Africa and modern-day slavery in Nepal.
  • He is the co-founder of Tandem Reportages, a journalistic and photographic agency specialised in underreported global issues through high quality text, picture and video reportages which are regularly published by major media outlets in five continents.
  • Ocean Rage
  • Photographs by Matilde Gattoni & Texts by Matteo Fagotto
  • Shot along the coastline of Ghana, Togo and Benin, “Ocean Rage” documents the devastating natural and social effects climate change is having on the coastal communities of West Africa.As a direct consequence of global warming and sea level rise, more than 7,000 kms of coastline from Mauritania to Cameroon are eroding at a pace of up to 36 metres per year, disrupting the lives of tens of millions of people in thirteen countries. While local governments scramble to salvage big cities and industrial complexes, thousands of villages are being left out in the cold, pushing a thousands-year-old way of life on the brink of extinction.Once home to thriving fishing settlements, the coastline of Ghana and Togo is now a sequence of crumbling buildings and ghost towns which have been swallowed by the ocean in little more than 20 years. As climate change wipes away houses, churches and plantations, it also destroys the livelihood, cultural heritage and social fabric of entire communities, with dangerous consequences for the future of the whole continent.Rising temperatures have prompted fish stocks to move to cooler waters away from the coasts, starving the local fishing industry, while erosion and salinization have affected agriculture by reducing the quantity of arable land and contaminating freshwater reserves. Deprived of their means of survival and with no hope for the future, communities lose their most resourceful people to migration. As rampant unemployment drives drugs and alcohol consumption, the only profitable activities are offered by criminal syndicates involved in fuel smuggling and illegal sand mining.
  • Far from being an isolated issue, the problems haunting West Africa now are the harbinger of what mankind will experience if we won't be able to find a viable balance between progress, social inequality and environmental conservation. In a world where progress is synonymous with urbanization and consumerism, the lives of traditional communities are constantly being sacrificed on the altar of modernity, even when the increasing pressure on natural resources should prompt an overhaul of our priorities. This conundrum is becoming the most pressing issue of our times.

Project Details

  • Édition

    Edition 2020
    Angkor Photo Festival & Workshops

  • Localisation

    26 février 2020